Un groupe de pirates informatiques nord-coréens très connu aurait à nouveau frappé en Corée du Sud, en s’attaquant cette fois à la sécurité d’un institut de recherche nucléaire. Le représentant du principal parti d’opposition sud-coréen affirme que 13 adresses IP non autorisées ont accédé au réseau interne de l’Institut coréen de recherche sur l’énergie atomique (KAERI) le 14 mai. Selon lui, certaines de ces adresses pourraient être liées à Kimsuky, un groupe de #cyberespionnage nord-coréen.
« Si les technologies clés de l’Etat en matière d’énergie nucléaire ont été divulguées à la Corée du Nord, il pourrait s’agir de la plus grande faille de sécurité du pays. »

Categories: Actualités IT

0 Comments

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.